.Ubac - l’épure

Si Raoul Ubac (1910 - 1985) est directement issu du surréalisme (il collabore à Minotaure), abandonne la photographie le jour où il découvre un matériau à sa main, l’ardoise. La pierre incisée sera partout présente dans son œuvre dominée par ce gris profond. Il la grave, cette ardoise, de plus en plus profondément, jusqu’à ce qu’elle devienne véritable relief. Naissent des organisations de signes et de sillons qu’il s’amuse aussi à retracer, sur le sable d’une plage, le temps d’un film produit par Aimé. À la Galerie Maeght, il expose dès 1950 et jusqu’à sa mort, ses toiles abstraites, ses ardoises taillées et gravées et illustre de nombreux ouvrages ; Pierre écrite d’Yves Bonnefoy, Ancienne éternité de Christian Dotremont, Vieux pays d’André Frénaud. Il a su aussi exprimer une profonde spiritualité dans le Chemin de croix de la chapelle de la Fondation.

Raoul Ubac, Trois torses , ardoise, 60 x100 cm.

Raoul Ubac, Trois torses , ardoise, 60 x100 cm.

Lors de vacances, Ubac et sa femme Aguy accueillent Florence et Yoyo dans leur maison de Dieudonne. Le sculpteur leur explique les fondements de son travail et le rôle des Sillons au milieu des champs de Picardie. Pour les Maeght, toujours entourés d’animaux les plus inattendus, Ubac taille la « pierre tombale » en ardoise de leur rapace, un petit duc baptisé Philo par Jacques Prévert. Puis, toujours curieux d’expérimenter de nouvelles techniques, il renoue avec ses Photographies des années trente dans un portfolio imprimé en phototypie.

Raoul Ubac dessinant sur le sable en 1972 à Hardelot-Plage, Pas-de-Calais. Extrait du film Ubac, un portrait de Clovis Prévost.

Raoul Ubac dessinant sur le sable en 1972 à Hardelot-Plage, Pas-de-Calais. Extrait du film Ubac, un portrait de Clovis Prévost.