C'est un musée extraordinaire

Haut lieu de l'art moderne et contemporain sur les hauteurs de Nice, la Fondation Maeght fête ses 50 ans. Visite d'un site solaire.

PAR MATTHIAS GALANTE
le parisien la saga maeght

A Saint-Paul-de-Vence (Alpes-Maritimes), près de Nice, au milieu d'une nature sereine et de majestueux pins parasols, un lieu unique au monde vous accueille depuis cinquante ans : la Fondation Maeght. « Ici est tenté quelque chose de jamais tenté : créer l'univers dans lequel l'art moderne pourrait trouver à la fois sa place et cet arrière-monde qui s'est appelé jadis le surnaturel ! » avait dit, tout en poésie, André Malraux, le 28 juillet 1964, lors de l’inauguration, en présence d'Yves Montand, Marc Chagall, Joan Miro et Ella Fitzgerald, notamment. Le ministre des Affaires culturelles du général de Gaulle avait vu juste. Car, oui, l'établissement privé créé par le mécène et marchand d'art Aimé Maeght (1906-1981) et son épouse Marguerite n'est pas un musée comme les autres.

Un dialogue entre l'art et la nature

Le site est une invitation au calme et à la sérénité. Particulièrement grâce à l'architecture lumineuse conçue par le Catalan Josep Huis Sert (1902-1983), mais aussi grâce à ses jardins, où le labyrinthe du sculpteur Miro, les mosaïques du peintre Chagall ou le bassin décoré par le cubiste Braque se révèlent entre ombre et lumière. Pour fêter ses 50 ans, ce havre enchanté programme cette année une exposition intitulée « Face à l'œuvre ». Il lui a suffi de piocher parmi son immense collection où les plus grands noms (Giacometti, Kandinsky, Matisse, Calder...) côtoient des artistes moins connus. Un mélange de tableaux, de sculptures et de styles revendiqué par la Fondation depuis sa naissance. Et une réminiscence de ces temps joyeux et hauts en couleur où les artistes créaient et festoyaient sur les collines de Saint-Paul-de-Vence. Ici, naquirent, au fil des années, les amitiés et les passerelles avec d'autres disciplines comme la philosophie, la poésie, la musique et la danse.

Yoyo Maeght, petite-fille d'Aimé et de Marguerite, raconte cette époque flamboyante dans un livre qui retrace l'incroyable quotidien d'une famille hors norme. A Saint-Paul-de-Vence, les Maeght recevaient, organisaient des fêles mémorables dans la maison et les jardins. Est-ce le souffle de cet enchantement artistique que les 200 000 visiteurs viennent chercher chaque année ? Ce souffle, nous l'avons senti.»

 

La Saga Maeght, de Yoyo Maeght, Robert Laffont 36 p., 21,50 € dédicacé par Yoyo Maeght.