Eduardo Chillida

Dans sa propriété, dominant la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence, mon grand-père, Aimé Maeght, avait non seulement créé un jardin paradisiaque où enfants comme adultes pouvaient rêver, mais il avait installé des ateliers de céramique et de gravure.
 
Les artistes venaient passer plusieurs mois à travailler avec les meilleurs techniciens et vivre au plus près d'Aimé, de la Fondation Maeght et de son rayonnement international.
 
Dans ces ateliers, Miró y fit ses plus grandes eaux-fortes, Tàpies développa des techniques d'impression, Riopelle explora la gravure et la céramique…
Leurs œuvres étaient ensuite exposées à la Galerie Maeght.
 
Ici, en 1973, Eduardo Chillida avec une sculpture dite "terre chamottée, photographié par le talentueux et si gentil Ernst Scheidegger.
 
La terre chamottée est une terre de structure fine parsemée d'éléments nettement plus épais (la chamotte) visibles à l'œil nu. Le plus souvent, la chamotte est elle-même une argile cuite qui a été broyée en grains de tailles diverses.
"Le Peigne du Vent", achevée en 1977 à San Sebastián, est l'une des œuvres les plus connues d'Eduardo Chillida. Accrochée aux rochers surplombant la mer, sa couleur varie au gré des vagues, de la lumière, des saisons, à voir absolument !
Il est exposé dès 1956 à la Galerie Maeght, il est l'un des artistes qui a eu le plus grand nombre d'expositions organisée par la Galerie Maeght, que ce soit à Paris, Barcelone, ou Zurich.
En 1958, à 34 ans, Chillida représente l’Espagne à la Biennale de Venise. En 1962 il fait une exposition personnelle au Kunsthalle de Bâle, puis participe à l’exposition « Trois espagnols : Picasso, Miró, Chillida » du Museum of Fine Arts à Houston. Ses œuvres sont toujours visibles à la Fondation Maeght.
Chillida, grandissime sculpteur mais aussi créateur d'une œuvre graphique exceptionnelle.

Immense gravure (160 cm de haut) qu'il a sobrement titrée "Hommage à Aimé Maeght".
Aimé Maeght et le sculpteur Eduardo Chillida.