Série - Autoportraits - NEW

Albrecht Dürer, "Autoportrait aux gants", 1498.
Jan Gossaert peint en 1515. Peut-être un autoportrait.
 Quentin Latour
Maurice Quentin-Latour, dernier autoportrait, vers 1780.
Quentin de la Tour, outre son immense talent, fut aussi un humaniste, ami des encyclopédistes. Il cherchait à promouvoir des projets philanthropiques. S’étant enrichi, ses portraits se vendaient très cher, en 1784, il se retire dans sa ville natale de Saint-Quentin. Il y fonde une école gratuite de dessin, finance une fondation pour les femmes en couche et une autre pour les vieux artisans infirmes. A la fin de sa vie, son caractère s’altéra et il perdit la raison. Il décède le 17 février 1788.
Courbet 1852
 Claude Monet 1884
Paul Cezanne, self-portrait, 1882
Vincent Van Gogh, "Autoportrait", 1889.
Frantisek Kupka
Egon Schiele, "Autoportrait avec lampion et fruits", 1912. Très torturé mais magnifique. Protégé de Gustav Klimt, Schiele est un peintre figuratif majeur du début du XXe siècle.
Emil Nolde, "Autoportrait' de 1917 de cet amoureux de la nature et de ses racines, il prit d'ailleurs le nom de son village natal pour pseudonyme.

Chagall 1917
Giovanni Giacometti, "Autoportrait", 1925. Giovanni Giacometti nait le 7 mars 1868, en Suisse, à Stampa. Après des études à l'École des arts décoratifs de Munich, il s'installe à Paris pour suivre les cours de l'Académie Julian.
Peintre aux couleurs flamboyantes, proches du fauvisme, il donnera à ses trois fils la passion de l'Art.
L'ainé, Alberto, né en 1901 commencera sa carrière de peintre en déclinant la même richesse de couleurs. Il deviendra un des sculpteurs les plus importants de l'histoire de l'art.
Diego, né en 1902, s'orientera vers les arts décoratifs, notamment en créant un mobilier de bronze immédiatement reconnaissable (musée Picasso de Paris, Fondation Maeght, restaurant Kronenhalle de Zurich…)
En 1902 nait sa fille, Ottilla qui meurt en donnant naissance à Silvio, en 1937.
Bruno, né en 1907, sera un architecte apprécié et reconnu. Je me souviens de lui et de sa vitalité, il tira sa révérence en 2012 à 104 ans !
Passionné par l’évolution de l’art moderne et confiant dans la nouvelle génération incarnée par son fils, Giovanni Giacometti écrit le 18 février 1933 à son ami le collectionneur Henri-Auguste Widmer, propriétaire de cet Autoportrait : «je comprends très bien vos remarques sur ces nouvelles manifestations de la sculpture. À mon sens on peut exprimer par le moyen de la forme pure des impressions et des sensations qui jusqu’ici n’étaient pas dans ses possibilités. La sculpture veut être une création de formes vivantes existantes par soi-même et non une imitation à peu près de la nature… L’art a toujours évolué et c’est bien la jeunesse qui doit s’élancer sur des nouvelles voies. Ceux qui suivent ne vont pas à l’avant, disait Leonardo.»
L'inspiration égyptienne est souvent évoquée pour la sculpture emblématique de Giacometti, "L'Homme qui marche". Mais n'est-elle pas encore plus flagrante dans cet "Autoportrait assis" de 1934, qui évoque "Le Scribe Assis" torse nu, de face, papier en mains ?

Tsugouharu Foujita en 1928, "Autoportrait au chat".
Amoureux des chats, il les a peints et dessinés tout au long de sa vie.
Arrivé en France en 1913, il devient vite un des personnages truculents qui feront de Montparnasse un quartier des arts mondialement connu.
Il adoptera le prénom de Léonard en 1959 en l'honneur du bienheureux Léonard Kimura, martyr au Japon, mais aussi en hommage à Léonard de Vinci.
Autoportrait dans une Bugatti" de Tamara de Lempicka, 1929.
Tout l'humour de Norman Rockwell avec cet autoportrait, ou plutôt ce "Triple autoportrait", 1960. Mais qui reconnait les quatre autres portraits présents dans la toile ?
 
Diego Rivera 1941
Diego Rivera 1954
Giorgio de Chirico "Autoportrait", 1954
Chirico est principalement connu pour ses peintures métaphysiques, réalisées entre 1909 et 1919. Ces rendus mélancoliques de places de ville peu éclairées avec de longues ombres et des passerelles vides, profondément ancrées dans le surréalisme, elles ont influencé André Breton, Salvador Dalí ou René Magritte.
Quand de Chirico abandonne le style métaphysique, il retrouve la peinture traditionnelle, comme avec ce truculent autoportrait. Les surréalistes ont alors critiqué publiquement ce développement anti-moderne, Chirico a alors rompu avec le groupe surréaliste.

Pablo Picasso "Autoportrait" dans un carnet de dessins de 1966.
En 1958, Picasso achète le château de Vauvenargues, batisse du XIVe siècle près d’Aix-en-Provence, au pied de la montagne Sainte-Victoire.
La Méditerranée du sud de la France reste pour Picasso un lieu de vie mais aussi un lieu de production artistique incroyable. C’est là qu’il se penche sur des techniques de création ancestrales comme la céramique et qu’il revient aux sources de l’histoire de l’art en réinventant certains mythes iconographiques. La Méditerranée n’est pas sans lui rappeler son Espagne natale, entre bain de soleil et corridas.

Picasso a 90 ans quand il peint ce dernier autoportrait, peu de temps avant de s'éteindre, le 8 avril 1973. Dans ce regard, je soupçonne une peur panique de la mort, mais aussi une naïveté, voire un amusement de la vie. Chapeau l'artiste.
Sans doute l'autoportrait de Bacon que je préfère, 1969.
Andy Warhol, génie de la communication avec ce grand "Autoportrait" de 1966, (171 x 171 cm)
Boltanski
Le livre La Saga Maeght par Yoyo Maeght, avec dédicace. Lien ici