.Miró - De 1930 à 1950

Fan inconditionnelle de Joan Miró, je propose une balade dans son œuvre. Mais l'œuvre de Miró est si vaste que je la présente sur plusieurs articles. Ici je propose, chronologiquement, mes coups de cœurs parmi ses créations entre 1930 et 1950.
1932

Joan Miró, "Figure", 1932. 

Joan Miró, "La baigneuse", 1932. 

1933

Joan Miró, "Composition (Petit univers)", 1933. 

1934
Pochoir pour "Cahier d'Art", la célèbre revue d'art surréaliste dirigée par Chrisitan Zervos, 1934. C'était tout de même fantastique quand des revues souvent confidentielles, incluaient des créations originales en litho, au pochoir et même en gravures. C'était important pour les artistes de côtoyer les écrivains, les poètes, les philosophes. Aujourd'hui, le choix est vite fait par les artistes entre une petite revue confidentielle et un article dans un magazine people. Tous veulent une notoriété immédiate. 
1936
Et on me demande pourquoi je suis parfois critique envers certaines installations d'artistes contemporains. Quand on a en tête des œuvres historiques, le regard devient exigeant. Joan Miró, "Objet", 1936. Oui oui, Miró et 1936, il y a plus de 80 ans. 
1937
Cette affiche exprime la haine de Miró envers le mouvement de Franco, c'est probablement ce qui le décida à réaliser cette affiche pour l'exposition internationale de 1937 à Paris. 
"L'horrible tragédie que nous traversons peut secouer les génies isolés et leur donner une vigueur accrue. Que les puissances de régression connues sous le nom de 'fascisme' s'étendent, qu'elles nous plongent un peu plus avant l'impasse de la cruauté et de l'incompréhension, et c'en est fini de toute dignité humaine."
Joan Miró, Cahiers d'art, Paris. 
1938
Un beau bleu pour se balader avec Miró, "Oiseaux et insectes", 1938. 
Totalement surréaliste ! "Groupe de Personnages" de Joan Miró, 1938.
Joan Miró, "Personnages", 1938. 
1940
Joan Miró, "L'Etoile matinale", 1940, de la série des "Constellations", œuvres regroupées sous ce terme lors de l'exposition à la galerie Pierre Matisse de New York en 1945. La série a été commencée à Varengeville, en Normandie, fin 1939, quand Miró séjournait près de son ami George Braque. 
Pierre Matisse, fils du célèbre peintre et sculpteur, avait une des meilleures galeries de New York, exposant notamment Miró et Giacometti. 
1941
Miró, "Chiffre et constellations amoureux d'une femme". A y regarder de plus près, c'est toujours très sexuel ! 
1942
Joan Miró, "Femmes devant le soleil", 1942. 
Peint le 23 novembre 1942, ces "Personnages dans la nuit" de Miró ont su rester fringants. 
1944
Miró, "Femmes et oiseau dans la nuit", 1944. 
1947
Le bonheur simple d'un gentil Miró. 
Une planche de "Parler Seul", fantastique livre réunissant un texte poétique de Tristan Tzara écrit lors d'un séjour à l'hôpital psychiatrique de Saint-Alban en 1945 et 70 lithographies originales de Joan Miró. 
En 1947, mon grand-père, qui vient d'ouvrir sa galerie à Paris, a l'audace de se lancer dans l'édition de ce qui deviendra un des plus grands chefs-d'œuvre de son ami Catalan. 
Pourtant, à l'époque Papy n'a pas de gros moyens financiers, mais sa passion pour la litho l'a sans doute porté. Il faudra deux ans pour imprimer la totalité des 253 exemplaires !
Joan Miró, "Femmes et oiseaux dans la nuit", achevé le 5 mai 1947. 
Voila la première collaboration entre Joan Miró et Aimé Maeght. 
Mon grand-père, pour cette immense exposition organisée avec Marcel Duchamp et André Breton, en 1947, demande à Miró de faire une affiche en lithographie originale. L'artiste ne quittera plus jamais la Galerie Maeght et publiera avec Maeght Editeur plus de 2.000 gravures, lithos, affiches, livres…
Joan Miró, 1947, année où il participe à "l'Exposition internationale sur surréalisme" à la galerie Maeght. 
1948
Miró, "Acrobate au jardin de nuit", 1948. 
Quand j'étais petite, je passais des heures à compter, recompter les points, les étoiles. 
1949
Pour rêver encore un peu. Joan Miró, 1949. 
1950
Joan Miró, "Personnage et étoiles", 1950. La simplicité d'une litho, quelques couleurs, des traits biens noirs, Miró était vraiment un artiste qui savait sublimer les techniques. 
L'interrogation se lit dans le regard de Joan Miró sur cette photo de Michel Sima, prise en 1950.
Retrouvez mille anecdotes sur l'aventure Maeght dans mon livre La Saga Maeght vous pouvez le recevoir avec une dédicace ici
blmir